top of page
Rechercher
  • Renaud Bernard

Histoire de l'ostéopathie, d'Andrew T. Still à aujourd'hui

Dernière mise à jour : 1 avr. 2021

Aujourd’hui reconnue, l’ostéopathie est une pratique vieille de deux siècles mettant au coeur de sa pratique l’individu, l’anatomie et le mouvement. Retour sur son histoire.


C’est au 19ème siècle que l’ostéopathie voit le jour, grâce à un certain Andrew Still (1827-1914), alors médecin aux États-Unis. Il s’intéresse à la pratique manuelle quand il perd confiance dans la médecine conventionnelle, qui n’arrive pas à systématiquement guérir. Débute alors pour lui une réflexion sur la mécanique du corps, la circulation sanguine, le mouvement, ainsi qu’un réel apprentissage de l’anatomie, de manière à identifier des techniques manuelles pour soigner.


"Comme l'éclat d'un soleil, une vérité frappa mon esprit : par l'étude, la recherche et l'observation, j'approchai graduellement une science qui serait un grand bienfait pour le monde". Andrew T. Still. Comme cela se faisait alors en médecine, l'abord du corps de façon positiviste et naturaliste a peu a peu été remisée, et les techniques se sont progressivement modernisée au fur et à mesure des avancées des connaissances anatomiques et physiologiques.

La guérison de la dysenterie (infection du colon) sur un enfant sera son premier succès, et le début de sa quête pour comprendre. Il fonda l’American School of Osteopathy en 1892 et c’est trois ans après sa mort qu’en 1917, l’un de ses élèves créa à Londres la British School of Osteopathy, important le concept et le savoir-faire de cette pratique en Europe.




Andrew Still


En France, c’est dans les années 1950 que l’ostéopathie est réellement installée : apportée par Dr Rober Lavezzari qui fonde la Société Française d’Ostéopathie, puis par Paul Gény qui ouvre la première école de formation en 1957, la pratique commence à faire parler d’elle. Ce sont par ailleurs uniquement des kinésithérapeutes qui sont formés. Mais en 1960, cette école ferme, jugée non-recevable, et s’exporte en Angleterre.


Ainsi au fil du temps, l’ostéopathie a été développée par et pour les kinésithérapeutes. Elle sera davantage utilisée dans leurs cabinets, en complément de leur technique : l’emploi du terme est d'ailleurs de plus en plus répandu, ce qui marquera aussi le début d’une confusion entre les deux pratiques. De plus, certains kinésithérapeutes utilisent des méthodes de l’ostéopathie sans vraiment se plonger dans la philosophie de la pratique.


La loi n°2003-303 de 2002 votée à l’Assemblée Nationale, portée par le Secrétariat au Gouvernement Bernard Kouchner « relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé » reconnaît la profession.

Depuis la promulgation de cette loi, la profession assiste à une explosion du nombre d’ostéopathes : 7000 en France en 2007 contre 31000 en 2019, chiffre également lié au fait qu’il existe 31 écoles d’ostéopathie en France, formant chaque année près de 15 000 nouveaux praticiens.



La kinésithérapie et l'ostéopathie
Une pratique manuelle

Ainsi, des découvertes d’Andrew Taylor Still à la reconnaissance de la pratique par la loi n°2003-303 de 2002, en passant par tous les ostéopathes qui se sont battus pour faire valoir la profession, l’ostéopathie est aujourd’hui une pratique manuelle connue et reconnue. Avec la spectaculaire augmentation des consultations prises en lien avec la crise sanitaire mondiale, que ce soient pour des maux liés au télétravail, à l’isolement ou au Covid-19 en lui-même, l’ostéopathie prouve à chaque traitement la pertinence d'un abord global et durable de la pathologie.

49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page